Comportement et Culture


REFUSER UNE INVITATION À LA DANSE
Une dame ne doit pas refuser une invitation à danser de la part d’un monsieur sauf si elle a déjà accepté une autre invitation, sinon elle serait coupable d’un faux-pas qui pourrait occasionner du trouble. De plus, elle semblerait faire preuve de mépris envers celui qu’elle a refusé et s’exposerait à une réprimande en secret de la part de l’hôtesse.

FORMULER UNE RAISON POUR NE PAS DANSER
Lorsqu’une jeune dame refuse de danser avec un monsieur, il est de son devoir de lui formuler une raison, malgré que quelques dames insouciantes ne le feraient point. Peu importe la frivolité de l’excuse, il est d’une simple courtoisie de lui offrir une excuse. D’un autre côté, aucun monsieur devrait compromettre son respect de soi à la suite d’un refus récent d’une dame si celle-ci danse immédiatement avec un autre monsieur.

COMMENT INVITER UNE DAME À DANSER
En invitant une dame à danser avec les mots, « Me feriez-vous l’honneur de m’offrir votre main pour un quadrille? » ou, « Aurais-je l’honneur de danser ce set avec vous? » qui sont plus d’usage maintenant que « Aurais-je le plaisir? » ou, « Me donnerez-vous le plaisir de danser avec vous? »

FAIRE TAPISSERIE
Il est de la responsabilité du maître de la maison que toutes les dames dansent; il doit prendre note, en particulier de celles qui semblent servir de tapisserie aux murs de la salle de bal, (ou faire tapisserie, selon l’expression populaire) et il devrait voir à ce qu’elles soient demandées à danser. Mais il doit le faire d’une façon inaperçue, pour ne pas blesser le respect de soi de ces dames malchanceuses.

RESPONSABILITÉS DES MESSIEURS
À la demande du maître de la maison, les messieurs doivent accepter d’inviter ces dames à danser et, en faisant preuve d’un réel plaisir de danser avec une personne ainsi proposée à leur attention.

RESPONSABILITÉS DES DAMES
Les dames qui dansent beaucoup doivent être vigilantes à ne pas se vanter auprès de celles qui dansent peu ou pas du tout ou du grand nombre de danses pour lesquelles elles ont déjà acceptées. En plus, elles doivent discrètement proposer ces dames moins chanceuses aux messieurs de leur connaissance.

EN DANSANT
En offrant la main lors de la chaîne des dames ou autre figure, ceux qui dansent doivent toujours arborer le sourire et l’accompagner d’une inclinaison polie de la tête, en guise de salutation. À la fin de la danse, le monsieur reconduit la dame à sa place, s’incline et la remercie pour l’honneur qu’elle lui a fait. Elle doit également faire une révérence en silence, tout en souriant avec un air gracieux.

QUAND S’ABSTENIR DE LA DANSE
À moins de connaître convenablement la danse, vous ne devez pas improviser un quadrille; si vous êtes un novice, ou avec peu d’habiletés, vous apporteriez un désordre parmi ceux qui ont du plaisir. Si vous vous êtes engagés à danser et que les figures ne sont pas familières, soyez prudent de ne pas avancer en premier. De cette façon, vous pouvez imiter les pas de ceux qui dansent avant vous. Soyez vigilants également de ne pas participer à un quadrille lorsque les danseurs du set sont plus expérimentés que vous. Lorsque qu’un danseur inexpérimenté commet un erreur, il se peut que l’on lui signale mais il serait très impoli d’avoir l’air de lui faire la leçon.

LES BALS PUBLICS
Lors de bals publics, un monsieur offre des rafraîchissements à sa partenaire, qu’elle accepte rarement sauf s’il fait partie de ses connaissances proches. Lors de bals privés, les personnes qui reçoivent la compagnie, offrent des gâteaux et autres rafraîchissements à leurs invités qui doivent se servir eux-mêmes. Vers la fin de la soirée, lors d’un bal discipliné, il est d’usage de souper; mais d’une soirée moins formelle, il est acceptable de ne pas offrir le souper; par contre, des rafraîchissements sont nécessaires, et ne pas les offrir ferait preuve d’une grande impolitesse.